La société holding : que faut-il savoir de sa création et de ses avantages ?

Août 2, 2022 management

Le holding est perçu comme une société faîtière qui occupe une place prépondérante dans le secteur économique d’un pays. Plus précisément, il est question d’un outil qui permet d’assurer l’optimisation fiscale entre des sociétés appartenant à un même groupe. Que peut-on savoir concrètement du holding ? Comment assurer sa création ? Quels sont ses différents avantages ?

Holding : qu’est-ce que c’est ?

Le holding est considéré comme une société de production qui se charge de contrôler des participants issus de diverses sociétés ou entreprises dans le but d’assurer leur unité de direction. Au nombre de ses diverses fonctions, le holding ne dispose pas d’une définition légale. On peut quand même le comprendre comme la société qui assure la détention des actions ou des parts d’un certain nombre de sociétés afin de les contrôler. On note deux catégories de société faîtière :

  • Les holdings passifs qui se limitent à la détention des participations financières ou des titres d’autres sociétés ;
  • Les holdings actifs, non seulement elles détiennent les titres du groupe, mais aussi ils assurent la gestion de la politique et du contrôle des filiales.

Cette catégorisation donne un droit particulier au holding actif : la gestion de la politique en groupe. C’est le moment de s’intéresser à comment réussir la création de cette société de portefeuille.

Création d’une société holding

Pour la création du holding, il faut suivre a priori le processus classique de création d’une société. Seulement, il importe de définir l’objet principal de la société de portefeuille au cours de sa création. En effet, il faudra préciser qu’il s’agit d’une société mère qui sert à détenir les actions d’autres sociétés filiales.

Soit, s’il s’agit d’une société active, il faudra ajouter qu’elle doit apporter un support administratif à chaque entreprise filiale dont elle assure le contrôle. On renseigne aussi certaines formalités comme l’immatriculation, la domiciliation du holding et l’évaluation des apports du capital de l’entreprise.

Par la suite, il faut procéder au choix de la structure juridique du holding. C’est le moment de définir le type de société dont il s’agit. Cela peut être une société civile, une société à responsabilité limitée, une société par actions simplifiée ou encore une société anonyme.

Par ailleurs, il est également conseillé de demander assistance auprès d’un expert en création de holdings. Celui-ci est mieux outillé pour garantir l’optimisation financière, fiscale et juridique pour la société.

Les avantages de la société holding

Plusieurs jeunes investisseurs qui disposent d’un capital non consistant créent leur entreprise en s’associant à une société mère. Ils le font en raison des avantages d’un holding. Cette société faîtière est avantageuse sur le plan fiscal. En effet, les premiers atouts du holding sont le régime mère-fille et l’intégration fiscale.

Le premier cas soulage les sociétés par rapport à l’imposition de l’impôt au holding. C’est-à-dire que l’administration fiscale attribue les impôts directement à la société de portefeuille au lieu d’en attribuer à la fois à la société mère et à chaque entreprise fille. De plus, ce régime permet aux sociétés de bénéficier d’une importante exonération fiscale. Les dividendes des filiales sont donc versés à la société holding.

Quant à l’intégration fiscale, c’est un régime qui assure l’optimisation fiscale de chaque société fille. En compensant les bénéfices et déficits des sociétés qui appartiennent à la holding, le montant de l’impôt est considérablement réduit.

En dehors des avantages liés aux impôts, fiscaux, on note les atouts juridiques. La protection des actionnaires du holding et le contrôle de la filiale sont un droit garanti pour le holding.